2010-2017 © Alliance contre le tabac | Plan du site | Mentions légales | www.alliancecontreletabac.org

Association loi 1901, l’Alliance contre le tabac regroupe une trentaine d’associations menant une politique engagée dans la lutte contre le tabagisme en France et à l’international.

Ex : contrôle du tabac, CCLAT, paquet neutre, PNRT...

Page d’accueil
Retour à l'accueil
Qui sommes-nous ?.Nos membres.       CCLAT       .Nos missions.PNRT.Espace presse. Liens utiles .  Contact  .
Mot de la Présidente

Notre équipe >>

Qui sommes-nous ? >>

Nos attentes >>

Michèle DELAUNAY

Présidente de l’Alliance contre le tabac depuis décembre 2015

Médecin hospitalier, spécialisée en cancérologie, hématologie, radiothérapie, dermatologie. Chef de l’unité d’onco-dermatologie du CHU de Bordeaux (1981-2012). Députée de la Gironde (Bordeaux) depuis 2007. Ministre déléguée aux Personnes âgées et à l’autonomie (2012-2014).

Michèle DELAUNAY

Elue députée en 2007, je me suis promise d’utiliser mes 45 années antérieures de vie médicale et hospitalière comme colonne vertébrale de mon action politique. Le tabac constituait dès lors un fil rouge évident, non le seul mais sans aucun doute un des plus difficiles, tant d’intérêts financiers et électoraux y étant engagés. En près d’un demi-siècle en effet, depuis que l’on connait la gravité et l’universalité des effets de cette drogue et malgré l’engagement d’éminentes personnalités (Jacques Chirac, Claude Evin, Simone Veil, Xavier Bertrand...), sa consommation continue d’augmenter, plus encore en France que dans la plupart des pays.

Après presque deux mandats de députée, j’ai acquis la conviction qu’aucun politique ne ferait rien de décisif sans le partage de trois ordres facteurs :

- l’appui vigoureux de l’opinion publique (et donc le concours des médias, qui relativisent encore trop souvent le tabac au regard des risques environnementaux ;

- l’engagement de l’ensemble du corps soignant, médecins et para médicaux, tous bien taisants auprès du public et souvent trop mollement impliqués auprès de leurs patients par crainte de les culpabiliser ;

- sans l’implication des malades et de leurs familles, qui pour la raison ci-avant se considèrent comme victimes du cancer (des maladies cardio respiratoires, de la pollution...) alors qu’elles le sont d’une maladie encore mal nommée : l’addiction au tabac.

En bref, pourquoi de demi-mesures en reculades, pourquoi ne réussissons-nous pas à avancer, en France comme dans les pays européens continentaux ?

Pourquoi 26000 buralistes conservent-ils un pouvoir de pression plus grand que 79000 familles endeuillées chaque année ?

Pourquoi ?

Comme tous les membres de l’Alliance contre le tabac créée il y a 25 ans par le Pr Maurice Tubiana auquel j’ai aujourd’hui le grand honneur de succéder, je ne me résous pas à laisser ces questions sans réponses et surtout sans résultats.